L'hydrothérapie : une technique naturelle de santé trop souvent oubliée



Le naturopathe français à pour habitude de souvent orienter ses conseils en hygiène vitale autour de l’alimentation, des drainages par des plantes, de complémentations nutritionnels pour soutenir l’organisme, ou encore autour de techniques manuelles (massages) ou d’exercice physique...


L’hydrothérapie est pourtant une des 10 techniques de santé de la naturopathie mais la plupart des programmes d’hygiène vitale proposés ne lui accordent que peu de place, et pourtant...Associés aux autres éléments que sont la terre (ionisation, argile, rayonnement...), le soleil (UV, infra-rouge...) et les végétaux elle une des techniques phares pour stimuler, revitaliser ou encore contribuer aux « nettoyages organiques ». La démocratisation des SPA ne doit cependant nous faire oublier que les bains, douches à jet, sauna, hammam, enveloppements... sont des techniques ancestrales de la naturopathie. Cependant, au de la du plaisir et de la détente que ces techniques bien-être apportent, leur utilisation devrait tenir compte de la vitalité de chacun et leur emploi devrait être intégré dans le cadre d’une cure d’hygiène vitale individualisée. Tout le monde ne peut réaliser la même séance de sauna ou de hammam. L’utilisation des bains hypercaloriques ou froids ne sera utile que pour certaines personnes en fonctions de certains besoins... La durée d’un bain, sa température, la surface exposée à l’eau...dépendront des capacités de réactions du patient. C’est la même chose pour l’exposition au soleil ou l’utilisation de n’importe qu’elle technique naturelle de santé. L’une des particularités des naturopathes est de tenir compte de l’énergie vitale de chacun, d’adapter sa thérapeutique aux réactions de son patient pour améliorer son bien-être mais aussi ses résistances organiques. Devenir plus résistant au froid, au chaud , à l’effort, aux stress en général c’est se donner les chances d’une meilleure adaptabilité au monde et d’une immunité plus performante.


Alors si vous souhaitez maitriser les soins en relation avec les éléments naturelles inscrivez vous au séminaire présenté à la fin de cet article. Bonne lecture


Une histoire vieille comme l'eau

L’eau est au cœur de toutes les traditions hygiénistes depuis longtemps. Des bains communaux sous l’empire Romain à la purification (physique et spirituelle) par l'eau en Inde ou les bains en famille dans les sources d'eau chaude aux Japons en sont des exemples. Dans les pays nordiques, russes ou scandinaves, les bains de vapeur sont utilisés depuis plus de 1 000 ans, tandis que les Amérindiens ont leurs huttes de sudation (sweat lodges).


En Occident, au début du XVIIIe siècle le médecin anglais Richard Russel (1687-1759) instaure dans son pays la pratique des séjours à la mer pour raisons de santé. Puis, l'Autrichien Vinzenz Priessnitz (1799-1851), se soigne d'un coup de sabot reçu à la poitrine avec des compresses d’eau froide. Stimulé par l'intérêt que suscite sa guérison, il transforme la ferme familiale en un centre d'hébergement et de soins.

L'abbé Sébastien Kneipp (1821-1897), qui se serait guéri lui-même de la tuberculose grâce à des bains froids dans le Danube, joue un rôle encore plus important dans le développement de la pratique contemporaine grâce à son concept holistique intégré. À son avis, les quatre pierres d'assise d'une bonne santé sont les plantes l'exercice, la nutrition et l'eau, dont les différentes utilisations améliorent les pouvoirs d'auto guérison du corps. Aux États-Unis, on doit à un médecin la popularisation de l'hydrothérapie. Il s’agit du Dr John H. Kellogg (1852-1943), frère du fabricant des célèbres céréales à déjeuner. Le Dr Kellogg a publié une cinquantaine de livres sur ses approches — dont Rational Hydrotherapy, en 1903, qui a fait école auprès des naturopathes.


La pratique du thermalisme et de la thalassothérapie connaît une popularité importante en Occident jusqu'à la deuxième guerre mondiale, et plusieurs États européens décident de couvrir les frais des cures d'eau, sous certaines conditions. Toutefois, les progrès considérables de la médecine ont occulté peu à peu l'intérêt de l'hydrothérapie. Malgré tout, la forte tradition européenne des cures thermales subsiste.


Le grand public commence à connaître l’hydrothérapie du colon mais il ne s’agit là que d’une sous-technique de l’hydrothérapie qui englobe en réalité une multitude de pratiques aussi variées que : les bains hyperthermiques, les affusions, douches alternées, bains locaux, bains dérivatifs, enveloppement, Hammam, sauna, mais aussi les cures internes (cure de Hanish ...).

Les soins par l’eau sont en effets très variés et, bien utilisés, ils peuvent créer des effets organiques impressionnants et salutaires lorsqu’ils sont intégrés dans une cure de santé globale; dériver le sang pour éviter une congestion sur un organe, stimuler l’élimination par la peau, réduire les tensions musculaires, diminuer le stress, améliorer la résistance organique ... Les vertus de l’hydrothérapie sont nombreuses et précieuses pour améliorer notre capital santé.



La marche pied dans l’eau froide une technique stimulante des parcours de Kneipp.

Mais ne nous trompons pas ! L’eau ne peut pas guérir au sens médical du terme même si l’Abbé Kneipp a survécu à la tuberculose grâce à ses bains froids !  Comme toutes les techniques de santé elle ne peut agir en nous que par l’intermédiaire de notre énergie vitale (énergie nerveuse et glandulaire). La chaleur, le froid ou les pressions de l’eau n’ont d’effet sur notre organisme qu’en stimulant notre force vitale dans le sens de la santé et de l’effet recherché.


La vasodilatation obtenue par l’eau chaude ou la vasoconstriction qui fait suite à une application froide ne sont que des réactions nerveuses et glandulaires qui ne peuvent exister sur un corps mort. Ce n’est pas le chaud qui dilate c’est la réaction nerveuse de notre corps au chaud !

N’oublions pas qu’en tant que vitaliste la guérison ne peut venir que de notre propre corps (le « médecin intérieur » d’Hippocrate).

C’est pour cela que l’on ne peut pas appliquer les mêmes soins par l’eau avec la même intensité à tout le monde. La prise en compte de la vitalité et des capacités réactionnelles du patient (qui sont évalués par un bilan de vitalité) est primordial avant de lui proposer un sauna à 90°C, un bain froid ou même une ablution localisée...

Ce qui fonctionne pour l’un peut être un danger pour l’autre.


D’autre part il ne faut pas confondre l’approche symptomatique de l’hydrothérapie et sa capacité à agir pour la détoxination ou la revitalisation profonde.

La première approche utilisera par exemple les bains et les compresses d'eau froide qui font se contracter les vaisseaux sanguins, ce qui réduit instantanément inflammations et douleurs. On s'en sert par exemple dans les cas de contusions ou d'hémorroïdes. Néanmoins, ce soin, s’il soulage, ne supprime pas la cause du symptôme (qui est à rechercher dans l’hygiène de vie et l’histoire du patient).


Par contre, dans le cadre d’une approche globale de terrain, les techniques par l’eau stimuleront des fonctions organiques dans l’optique d’une détoxination et de revitalisation sur du plus long terme. Par exemple les adeptes de la douche écossaise popularisée par l’abbé Kneipp (chaud-froid-chaud...) favorise le passage rapide d'une température corporelle à l'autre, le déplacement des masses sanguines et renforce ainsi les réactions glandulaires et donc l'état général. Cette technique sera alors un maillon d’un rééquilibrage global.


 L’objectif du naturopathe sera de vous apprendre à intégrer des soins par l’eau (voie interne et externe) chez vous pour un coût minime. En effet, pas besoin d’un jacuzzi high-tech ou d’un Hammam luxueux pour profiter des vertus de l’eau.

 L’important est de savoir utiliser la bonne technique d’hydrothérapie en fonction de son tempérament, de sa vitalité et du but recherché.


Naturopathiquement votre !

89 vues

© 2015 par Alsace-Naturo

CONTACTEZ NOUS

Jean-Brice Thivent

06 95 30 37 87

Patrice Raganelli

06 58 83 86 41

neosante belgique naturopathe decodage
39929-patrice-raganelli---05---png.png

© 2016  Association Formation Alsace de Naturopathie

N° Siret du siège: 843 372 012 00016