LE JEÛNE: DE L'APPROCHE EMPIRIQUE À LA RECONNAISSANCE SCIENTIFIQUE 2ème partie: Le jeûne favori



L’hypothèse hygiéniste

Le reportage d’Arte s’intitulait « Le jeûne une nouvelle thérapie ? ». Cependant, le jeûne n’est pas une thérapie. Il n’est qu’un repos physiologique qui permet à notre corps de rattraper des éliminations en retard et qui favorise la régénération cellulaire. Il n’est en fait qu’un moyen de placer l’organisme dans des conditions qui vont favoriser les réparations tissulaires.

Comment cela est-il possible ?

Ce phénomène d’auto-régénération dépend de la répartition de notre énergie nerveuse et glandulaire (plus communément appelée énergie vitale) dans l’organisme.​​​​​​​


Chaque fois que nous digérons, que nous avons des soucis ou simplement un travail intellectuel, que nous faisons de l’exercice physique ou que nous réalisons un travail d’élimination (rein, intestin, peau...), nous mobilisons une partie de notre énergie vitale. Le mode de vie occidental est fait de longues et pénibles digestions, de stress psychologiques répétés alors que le sommeil n’est plus aussi récupérateur. Il en résulte une dérivation de l’énergie nerveuse vers les organes digestifs et le cortex. Cela à pour conséquence, un déficit en énergie nerveuse pour les organes de l’élimination et pour la régénération cellulaire. Ce que l’on prend d’un côté n’est plus disponible d’un autre.

Lors du jeûne, quasiment toute l’énergie vitale doit être économisée et ramenée vers la fonction émonctorielle (l’élimination). C’est pourquoi, pour jeûner, outre le fait d’arrêter de manger, il est important de vivre dans un environnement favorable au travail interne du corps ; contact avec la nature, climat agréable, loin de ses préoccupations quotidiennes, entouré de personnes de confiance… On veillera à ne pas dépenser son énergie inutilement : le repos est indispensable (nous reviendrons sur ce point très controversé ultérieurement).

Mais il ne faut pas croire que durant cette période l’organisme reste inactif. Bien au contraire, un énorme chantier de régénération tissulaire et d’élimination est alors entreprit au cœur de nos cellules.