top of page

Phytothérapie : une plante est-elle un médicament ?  




En France, "une plante est dite médicinale lorsqu'elle est inscrite à la pharmacopée et que son usage est exclusivement médicinal, c'est-à-dire que les plantes sont présentées pour leurs propriétés préventives ou curatives à l'égard des maladies. Elles sont considérées comme des médicaments et leur vente est exclusivement réservée aux pharmaciens". Il existe pourtant une exception pour 148 d'entre elles qui sont, par dérogation, en vente libre. C’est celles-ci que vous utilisez couramment.

Interrogeons-nous sur les différences entre une plante dite « médicinale » vendue sous différentes formes galéniques (ampoules, teinture mère, décoction...) et un médicament.

 



La phytothérapie connaît aujourd’hui un certain essor dans un contexte ou l’approche de la santé se veut à la fois plus naturelle, plus globale et non iatrogène tout en restant scientifique.  Cependant certaines croyances concernant l’efficacité thérapeutique des plantes sont encore tenaces. Par exemple il est courant d’entendre que le traitement par les plantes est plus long qu’avec des médicaments classiques. Cette idée reçue est en effet dure à débouter. Pourtant une cystite, une poussée inflammatoire chez un arthrosique, trouvent une réponse aussi rapide, avec des plantes. Néanmoins ne perdons pas de vue que la disparition trop brutale d’un symptôme est souvent plus néfaste que bénéfique, et que la naturopathie aide l’organisme à mettre en place des processus d’auto-guérison. Appliquer une pommade à base de cortisone sur un eczéma permet de le faire "rentrer", pourtant cette solution de facilité supprime un exutoire mis en place par l’organisme. Les conséquences peuvent être graves, surtout chez un asthmatique.

 



On peut distinguer deux grands modes d’utilisation des plantes médicinales : En allopathie les plantes ont une action importante et immédiate. Beaucoup des plantes utilisées dans ce mode de traitement peuvent s’avérer toxiques. En effet deux tiers des médicaments sur le marché sont d'origine naturelle, principalement végétale. Il est donc possible d’utiliser une plante comme on prendrait un médicament. Consommer une plante pour ses propriétés antinévralgique, antispasmodique, anti-inflammatoire… donc anti-symptomatique c’est faire de l’allopathie avec une molécule naturelle. Certes vous calmer le symptôme mais vous oublier de vous attaquer à ses causes profondes. Dans ce cas le médicament et la plante se confondent. En effet une plante n’aura d’effet « thérapeutique » que parce qu’elle contient un ensemble de principes actifs (molécules) dont on connaît les effets sur l’organisme.

Le respect des concentrations d’un complexe de plante s’avère donc tout aussi important que pour un médicament. Rappelons que « tout est poison, rien n’est poison, seule la dose compte » (pascal).

Cependant l’effet recherché avec la plante est souvent le résultat d’une combinaison de principes actifs qui interagissent entre eux (effet synergique) alors que pour le médicament on isole souvent la molécule ayant un effet très ciblé. En naturopathie l’utilisation du totum de la plante permettra delimiter les effets iatrogènes* et l’on cherchera d’abord à cibler le terrain plutôt que d’agir sur le symptôme. De plus les extraits d’une plante naturelle sont généralement mieux métabolisés et éliminés qu’une molécule de synthèse surtout si la plante utilisée fait partie de notre écosystème depuis plusieurs générations.

Conclusion

Pour obtenir une action anti-symptomatique ciblée, la phytothérapie est sans doute moins performante que l’allopathie. Pour cela l’allopathie doit rester la référence en médecine d’urgence. La phytothérapie rentre elle dans le cadre d’une médecine de terrain rééquilibrante. Elle ne doit pas entraver les processus d’auto-guérison et reste une technique d’accompagnement essentielle de la naturopathie à condition de respecter certaines les règles que vous pourrez découvrir lors de la formation suivante :

 

OFFRE EXCEPTIONNELLE !

Possibilité de recevoir le PACK Phyto-aromathérapie qui comprend :

Le stage de phytothérapie (13h de formation) :

+ le stage d’aromathérapie (13h de formation) :

+ le stage d’initiation Élixirs floraux du Dr Bach (8h de formation)

Le tout pour seulement 260€ (au lieu de 400€)





 

Possibilité de ne recevoir qu’un stage indépendamment les uns des autres (Phytothérapie ou Aromathérapie : 160€ le stage)

Fleurs de Bach : 80€

 

         Ci-dessous

   Programme détaillé de chaque stage FORMATION AUDIO : 


FORMATION 1: PHYTOTHERAPIE 

SAVOIR UTILISER LES PLANTES DANS UN CADRE NATUROPATHIQUE



 

 Programme : Comment agissent les plantes ? Les règles d’utilisation des plantes médicinales - Les différentes familles de plantes (purgatives, diurétiques, hépato-biliaires, circulatoires, immunitaires, antispasmodiques, adaptogènes, expectorantes…) et leur utilisation spécifique- Comparaison plantes et médicaments- Plantes terrains et tempéraments- les complexes de plantes et leur utilisation dans les cures naturopathiques.

 

Objectifs pédagogiques : Découvrir les propriétés et les modes d’actions des plantes utilisés en naturopathie. Apprendre à les utiliser dans le cadre de cures naturopathiques en fonction des besoins du consultant. Savoir prescrire une cure de plantes en fonction de besoins spécifiques.  Maitriser les différents modes d’utilisation des plantes. Connaître les principaux complexes de plantes des laboratoires de qualité

 

Formatrice Remery Déborah, Naturopathe spécialiste phyto-aromathérapie.

 

SUR COMMANDE EN AUDIO UNIQUEMENT

                     Par mail : jbnaturo@orange.fr/ ou tel : 0695303787

 

Plan du cours phytothérapie

 

I.      L’histoire de l’utilisation des plantes par les hommes

·      Du Paléolithique à l’Égypte antique

·      L’Antiquité gréco-romaine

·      Le Moyen-Âge

·      Les nouvelles découvertes et la Renaissance

·      L’ère moderne et l’industrialisation du médicament

 

II.   La place de la phytothérapie dans la Naturopathie

·      Une technique parmi d’autres, non majeure et non symptomatique

·      Les plantes intégrées aux différentes cures

·      Un coup de pouce à la capacité d’autoguérison du corps

 

III.Les modes d’action des plantes

·      Les différentes parties de la plante et périodes de récolte

·      Les modes de conservation

·      Les éléments chimiques de la plante

 

IV. Les différentes formes galéniques

·      Définitions de différents termes (drogue, totum, principe actif, matières premières)

·      Les différentes formes galéniques :

- formes liquides

- formes solides

V.   Les précautions d’utilisation

·      La question de la dose

·      Les contre-indications

·      Les 10 règles d’utilisation des plantes en Naturopathie

 

VI. Les différentes vertus des plantes

34 vertus de A, comme plantes Adaptogènes à V, comme plantes Vulnéraires

VII.                Les plantes par système

·      Le système digestif

·      Le système respiratoire

·      Le système cardiovasculaire

·      Le système urinaire

·      Le système génital et hormonal

·      Le système ostéoarticulaires et musculaire

·      Le système immunitaire

·      Le système cutané

·      Le système nerveux

·      Le système cérébral

 

VIII.             Les plantes par tempérament

·      Le musculaire

·      Le respiratoire

·      Le cérébral

·      Le nerveux

·      Le sanguin

·      Le digestif

·      L’obèse

 

IX. Quelques plantes en détail.

·      Plantes et notion de mode.

·      le curcuma

·      L’ortie

·      Le bouillon blanc

·      L’aspérule odorante

·      L’épine-vinette

 

X.   La notion de cure détox.

 

XI. Les produits de la ruche.

 

 

 

 

 

  FORMATION 2 : L’AROMATHERAPIE

L’utilisation des huiles essentielles en naturopathie




 

Présenté par Deborah REMERY praticienne naturopathe, spécialiste Phyto-aromathérapie

 

                   SUR COMMANDE UNIQUEMENT (2 jours d’AUDIO)

                 Par mail : jbnaturo@orange.fr/ ou tel : 0695303787

 

 

 

 PROGRAMME :  AROMATHÉRAPIE INTÉGRÉE À LA NATUROPATHIE

1er jour, partie 1

·      Qu’est-ce que l’aromathérapie

  Histoire de l’aromathérapie au travers des siècles

Définition de l’aromathérapie. 

Essence ou huile essentielle, précision de langage.

En quoi l’aromathérapie a sa place en Naturopathie. 

Fabrication des HE.

·      Composition des HE

De quoi se composent les HE

Comment choisir les HE

Le principe de la synergie

Les différentes familles d’HE

Petite parenthèse sur « la loi de similitude » (plantes/organes)

·      Utilisation des HE 

La voie cutanée

Parenthèse sur les huiles végétales

Où appliquer les mélanges HV / HE et pourquoi.

Les bains

Les compresses

La voie respiratoire

Diffusion

Inhalation

Spray aux HE

La voie orale

En cuisine

Sur un support solide

Sur un support liquide

Les modes d’utilisation secondaires

Voie rectale

Voie vaginale

Voie auriculaire

·      Restrictions et précautions d’emploi

·      Sur quoi les HE agissent-elles. 

Bactéries - virus – champignons

Sur les fonctions physiologiques

Sur les fonctions neurologiques

Sur la modulation du terrain

Sur la modification du PH

2 -ème jour, partie 2

·       Les 10 grandes familles d’HE

Anti infectieuse

Anti inflammatoire et calmantes du système nerveux

Celles aux propriétés respiratoires (expectorantes, mucolytiques)

Les anti-hématomes, fluidifiantes veineuses ou veino-toniques

Les fluidifiantes du système lymphatique

Les antispasmodiques et aux propriétés neurotropes

Les stimulantes et toniques

Les HE cholagogues et cholérétiques

Les antiacides (anti-inflammatoires)

Les HE dangereuses

·       Les HE qu’il faut avoir : la trousse des 10.

 

Partie 3, les formules standards

·       Infections

Combattre des infections, abcès et furoncles

·       Douleurs

Soulager des muscles douloureux, des articulations qui font mal

·       Agir sur le psychisme

Anxiété, sommeil, déprime

·       Peau et beauté

Acné, belle peau, eczéma, coup de soleil

·       HE pour la forme

Fatigue passagère, surmenage

·       Problèmes de circulation

Varices, jambes lourdes

·       Équilibre digestif

Stimuler la digestion, soutien du foie et du pancréas, nausées

·       Équilibre féminin

Syndrome prémenstruel, bouffées de chaleurs, mycose vaginale

 

 

                              FORMATION 3 : LES ELIXIRS FLORAUX

 

  PRESENTATION



8h de formation: 90€ - Sur commande en AUDIO

INITIATION AUX ELIXIRS FLORAUX DU DOCTEUR BACH

Ce module vous permet de découvrir les fleurs, d’apprendre à vous en servir pour pouvoir profiter de leurs vertus bienfaitrices.

 

OBJECTIFS :

-       Être capable de comprendre l’approche du Dr Bach

 

-       Être capable d’utiliser et de conseiller les élixirs floraux du Dr Bach

 

PROGRAMME

Introduction à la florithérapie de Bach :

-       Biographie de Dr Bach

-       Définition des Fleurs de Bach

-       Indications et précautions d’emploi

-       Posologie

 

I.              Classification en 7 familles et les 38 fleurs correspondantes

 

-       1. Peur : Mimulus, Prunus, Tremble, Hélianthème, Marronnier Rouge

-       2. Incertitude : Plumbago, Alène, Gentiane, Ajonc, Charme, Folle Avoine

-       3. Inquiétude pour le bien-être d’autrui : Chicorée, Vigne, Verveine, Hêtre, Eau de Roche

-       4. Manque d’intérêt pour le présent : Clématite, Chèvrefeuille, Eglantier, Olivier, Marronnier Blanc, Moutarde, Bourgeons de Marronnier

-       5. Découragement, Dépression : Mélèze, Pin Sylvestre, Orme, Châtaignier, Etoile de Bethléem, Saule, Chêne, Pommier Sauvage

-       6. Solitude : Violette d’eau, Impatience, Bruyère

-       7. Sensibilité extrême aux idées et aux influences : Aigremoine, Centaurée, Noyer, Houx

-        

II.           Remède d’urgence

-        1. Ses composants

-        2. Ses indications



 

 

55 vues0 commentaire

Comments


bottom of page