top of page

Risquez vous d’être atteint d’une maladie métabolique ?



Vous souffrez peut-être de troubles cardio-vasculaires, d’hypertension, de diabète de type 2, de surpoids-obésité, du syndrome des ovaires polykystiques ou même d’un début de déficit cognitif... alors vous faites partie des nombreux européens à être atteints d’une maladie métabolique (une maladie associée à une mauvaise transformation et utilisation des glucides et des lipides). Nous sommes depuis 15 ans face à une véritable « explosion» de ces maladies dites modernes. Si on ne change rien, le diabète gras touchera dans 10 ans près de 6 millions de Français (soit 1/11), les maladies cardio-vasculaires (AVC, infarctus...) resteront la principale cause de mortalité avec les cancers, l’hypertension sera la plus grande source de prescriptions médicamenteuses et le surpoids touchera presque la moitié d’entre nous. Pourtant, ces maladies de civilisation ne sont pas une fatalité ! Alors comment enrayer ce qui s’apparente aujourd’hui à une épidémie mondiale et qui semble n’épargner que peu de monde après 50 ans.


Comment savoir si vous êtes atteint de troubles métaboliques ?

On considère que vous « souffrez » de syndrome métabolique lorsque vous avez trois des cinq critères officiels suivants :

- Obésité abdominale : tour de taille 
> 80 cm chez les femmes 
> 94 cm chez les hommes

- Glycémie à jeun > 1,1g/l


- Pression artérielle >130/85

- Triglycérides > 1,50g/l


- HDL cholestérol : < 0,4g/l chez les hommes < 0,5g/l chez les femmes 


Ces chiffres doivent être considérés comme des signaux d’alarme qui témoignent de perturbations plus profondes. Ils sont le résultat d’une adaptation à un mode de vie combinant alimentation riche en glucides et produits transformés, sédentarité et stress. Mais derrière ces chiffres se cache un processus évolutif lent et insidieux : la résistance à l’insuline. Lorsque vous vous rapprochez de ces chiffres il y a déjà de fort risque que votre organisme ait déjà dépassé certaines capacités d’adaptation et soit en souffrance depuis quelques temps.



A l’origine des troubles métaboliques : la résistance à l’insuline

L’insuline est une hormone sécrétée par le pancréas qui joue un rôle majeur dans le maintien de notre glycémie (niveau de sucre dans le sang) et l’utilisation des nutriments. Nos cellules disposent à la surface de leur enveloppe, des récepteurs à l’insuline (GLUT4). Lorsque vous mangez, l’insuline sécrétée stimule ces récepteurs qui ouvrent alors les vannes laissant pénétrer glucose, acides gras, protéines... à l’intérieur de la cellule. Sans insuline, vous auriez beau ingurgiter tous les sucres ou autres nutriments de la terre, ils resteraient inutilisables par votre corps et s’accumuleraient dans votre sang comme c’est le cas dans le diabète. L’insuline est donc une hormone anabolisante qui favorise le stockage (mise en réserve des graisses). Les problèmes commencent quand cette hormone est sécrétée en trop grandes quantités et surtout de façon continue. C’est ce qui se passe lorsque vous consommez de façon répétée des aliments hyper-insulinémiants ou diabétogènes à longueur de journée tout en restant sédentaire.


Comme pour toutes problématiques de santé, comprendre les causes et les mécanismes est nécessaire pour apporter de véritables solutions. De plus en plus de patients se sentent désemparés face à ce type de pathologies en pleine expansion dans une société qui ne s’intéresse que trop peu à leur prévention. Il est temps de leur apporter des réponses.


Il existe de nombreux paramètres de santé sur lesquels nous pouvons intervenir pour retrouver de la sensibilité à l’insuline, modifier notre profil lipidique, « dégraisser » notre foie, diminuer notre tension… Nous avons une chance, c’est que ces symptômes sont réversibles.

Je vous propose donc dans un séminaire intitulé « En finir avec les maladies métaboliques, le surpoids et le cholestérol » les 23 et 24 septembre (présentation ci-dessous), de découvrir les protocoles qui intègrent toutes les routines, « les trucs et astuces » à mettre en place dans notre quotidien pour véritablement inverser le processus conduisant aux maladies métaboliques. Car c’est avec de petits pas que l’on fait de grands voyages ! Encore faut-il marcher dans la bonne direction.


Dans la prochaine Newsletter vous découvrirez un de ces paramètres. A très bientôt

Jean Brice THIVENT

Retrouvez moi sur Youtube ou sur les plateformes Podcast (Réflexions santé naturopathie) pour découvrir mes réflexions sur la santé.



SEMINAIRE




EN FINIR AVEC LES MALADIES METABOLIQUES LE SURPOIDS et LE CHOLESTEROL

Origines, prévention et protocole de réversibilité


LES 23 et 24 septembre 2023 à SARREBOURG

(Possibilité de suivre aussi en VISIO)




PROGRAMME


1- le surpoids et le syndrome metabolique : causes et consequences

2- L’erreur de la théorie des calories et des graisses

3- Fructose, graisses trans, génétique et stéatose hépatique (Foie gras)

4- Microbiote et obésité

5- Le cholestérol : mythes et réalité

6- Le métabolisme de la prise et perte de poids : tout comprendre

7- Les solutions : protocoles et astuces pour rendre réversible le syndrome métabolique sans avoir faim et en gagnant de l'énergie


Renseignements : jbnaturo@orange.fr

Règlement : 190€ (sur place uniquement ou virement)


alsacenaturo.com




133 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page