top of page

Les 7 tempéraments en naturopathie

LA TYPOLOGIE NATUROPATHIQUE : Sauriez vous vous situer ?


Pour un naturopathe ce type d’information est essentiel pour proposer un programme d’hygiène vitale adaptée. G ATHIAS disait « Le symptôme ne ment jamais », sous entendu il est toujours la réponse juste à une inadaptation. Je dirai ici que « le corps ne ment pas », il traduit notre façon de gérer notre énergie vital. Un individu « dilaté » aura tendance à la dépenser sans regarder , « il brule la chandelle par les deux bouts », à la différence d’un « rétracté » qui saura davantage l’économiser.

L’étude des signes morphologiques permet d’apprécier la valeur des différents systèmes organiques (nerveux, respiratoire, ostéo-musculaire, circulatoire, digestif) mais aussi les grands traits de notre personnalité. Le fondements de la morphopsychologie de Corman et de ses prédécesseurs (Kretchmer, Sheldon,…) nous append donc qu’en interprétant les formes du corps qui sont le reflet de notre fonctionnement organique, nous pouvons en déduire les qualités physiologiques et psycho-émotionnelles puisque notre corps physique et notre mental forment un tout.

Le corps dans sa globalité, mais aussi le visage (projection directe du système nerveux), les mains, les ongles, l’iris (iridologie) sont autant d’informations utiles pour réaliser un bilan de vitalité suffisamment précis. Ce bilan permettra d’individualiser le protocole d’hygiène de vie proposé au consultant. En effet, on ne pratique pas un sauna, un exercice physique, un bain froid, une cure détox… de la même façon si l’on est de tempérament musculaire, nerveux ou digestif. C’est au niveau de cette individualisation que se joue l’art de la naturopathie et c’est ce que nous découvrirons prochainement à travers l’analyse des tempéraments.

La typologie naturopathique

La loi de dilatation/rétraction a permis la construction d’une typologie tres abouti basé sur les 7 tempéraments de base

Dans chacune de ces 2 branches, il existe 3 morphotypes avec un tempérament central : le musculaire



Ainsi il existe deux grandes orientations de tempéraments opposées :

• la branche des « rétractés » dites des neuro-arthritiques marquées par une prédominance de leur système nerveux (mental) et ostéo-articulaires. On retrouvera par ordre décroissants de vitalité et de rétraction : le respiratoire, le cérébral et le nerveux.

• La branche des « dilatés » dites des sanguino-pléthoriques parce qu’ils prennent facilement du poids et font plus souvent des troubles cardio-vasculaires (types AVC, infarctus, …). On trouvera par ordre décroissant de vitalité et de dilatation : le sanguin, le digestif, l’obese.

La différence principale entre les dilatés et les rétractés réside dans leur façon de gérer leur énergie :

• Les dilatés ont une grande énergie glandulaire (hormonal). Ils la dépensent abondamment. Ils sont plutôt dans l’expansion, l’extériorisation et le besoin de contact aux autres. Leur faiblesse se situera principalement sur le système cardio-vasculaire et les maladies métaboliques (diabète, hypertension,AVC…) s’ils n’adaptent pas leur hygiène de vie.

• Les rétractés se caractérisent par leur fragilité nerveuse et auront tendance à se replier sur eux, s’isoler dans une vie routinière et rassurante. Sujet à la déminéralisation et perméable au stress, ils risquent de vite s’épuiser s’ils ne respectent pas des phases de revitalisation suffisantes.

Chaque tempérament garde cependant des points forts qui orienteront ses choix de vie. Par exemple un cérébral confronté à un stress se repliera sur lui même et se réfugiera dans son mental, tandis qu’un sanguin-digestif aura tendance à extérioriser sa souffrance et pourra compenser par la nourriture.

La logique qui préside à cette classification,

A mesure que nous nous éloignons du tempérament Musculaire (la référence sur le plan de la vitalité) nous perdons des capacités d’adaptation. L’énergie ou capacité d’auto-guérison diminue à mesure que l’on « descend » vers les morphotypes en bas de branches (nerveux et obèse).

Dans une démarche de rééquilibration proposée en naturopathie, il n’est pas question de se rapprocher du morphotype opposé au nôtre, mais plutôt de savoir comment gérer notre propre morphotype. Il s’agira d’adapter l’hygiène de vie à son tempérament pour vivre au mieux, et idéalement de regagner progressivement un peu de vitalité. Par exemple s’il est utopique de faire remonter un nerveux ou un digestif vers le musculaire, en revanche il est faisable de faire « tendre » un respiratoire vers le musculaire ou un digestif vers le sanguin. Mais déjà éviter de « dégénerer » vers le tempérament « inférieur » reste le défi d’une vie. Mieux vaut donc adopter le plus tôt possible une hygiène de vie basée sur l’amélioration de nos capacités vitales plutôt que de céder systématiquement à la facilité d’une vie basée sur la satisfaction immédiate avec le risque à moyen terme d’une dégénérescence et d’un vieillissement accélérés.


Jean Brice Thivent


Pour aller plus loin participez à la formation suivante


MORPHO-BIO-PSYCHOLOGIE

Interpreter les formes du corps pour

EVALUER LE TEMPERAMENT ET LA VITALITE

Les 13 et 14 Janvier 2024 à Sarrebourg (ou en Visio)

PROGRAMME :

Les lois de la morphologie appliquées à l’analyse du tempérament

Les étages du visage : interprétation

Les différentes typologies (De Hippocrate à Marchesseau)

Quelle hygiène de vie en fonction de son tempérament ?

Les signes de vitalité et leur interprétation

Réaliser un bilan morphologique complet

Renseignements complémentaires : 0695303787 ou jbnaturo@orange.fr

Tarif : 180€ (Règlement après la formation)


220 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page