POURQUOI L’EXERCICE PHYSIQUE EST_IL UNE TECHNIQUE MAJEURE DE LA NATUROPATHIE ET DE NOTRE BIEN ETRE ?



« L’homme a inventé les diligences mais a perdu l’usage de ses pieds »

Cette citation d’Emerson est hélas encore pleinement d’actualité même si l’on reconnaît aujourd’hui l’intérêt d’une pratique physique régulière pour la santé.

L’homme d’aujourd’hui a quasiment la même constitution que son ancêtre chasseur-cueilleur. Nous sommes fait pour réaliser chaque jour l’équivalent d’une chasse ou d’un parcours naturelle d’au moins 8 à 15 km.

Chaque jour passé assis dans un bureau nous met en dette de mouvement pour lequel nous sommes programmés. « Tout être vivant à l’état libre, parvient à son développement physique complet par la simple pratique des exercices et des mouvements auxquels il est destiné par nature » HEBERT – 1922). (1) Sans une pratique régulière pas développement complet ni de bonne santé ! La sédentarité chronique est sans doute l’un des facteurs principaux de notre perte de vitalité et de nos déficiences organiques. Elle est responsable de :

  • sous oxygénation tissulaire

  • ralentissement des échanges métaboliques

  • mauvaise nutrition cellulaire

  • éliminations ralenties

  • baisse de la densité osseuse et musculaire (sarcopénie)

  • baisse des capacités cardio-vasculaires et respiratoire

  • dévitalisation par carence de contact à la nature

  • sur-mentalisation et stress

  • accumulation de toxines et surcharges pondérales

  • ...

La vie et le mouvement sont indissociables. S’immobiliser c’est un peu mourir chaque jour !

Très souvent, les naturopathes et autres praticiens de santé proposent des cures basées sur une réforme de l’hygiène alimentaire associée à une prescription de plantes, de vitamines ou de probiotiques et parfois un peu de relaxation ou de soins manuels et énergétiques. Ces conseils suffisent la plupart du temps à améliorer le niveau de bien-être de leur patient. Cependant ils négligent une technique majeure de la naturopathie et n’optimisent donc pas la cure.

On fait de la santé avec de « bons aliments », « une pensée j